A la une
Les journalistes Web de L’Express en grève de signatures

Les journalistes Web de L’Express en grève de signatures

Télécharger en PDF

La rédaction Web du magazine L’Express est en grève de signatures jusqu’au 9 octobre.

En cause : le plan de réorganisation, qui entrera en vigueur le 21 octobre prochain et qui prévoit de répartir les journalistes entre « 40 % de desk, consistant essentiellement en traitement des dépêches » et « 60% seulement consacrés à un réel travail journalistique ». Une organisation qui a fait bondir la Société des journalistes (SDJ) de L’Express.

« Cette réorganisation se fait malgré l’opposition unanime de la rédaction du site, des syndicats [qui ont rejeté le plan vendredi dernier, ndlr] et de la SDJ à l’origine d’une motion sur le sujet votée à l’unanimité. Elle aura un impact important sur la vie personnelle des rédacteurs Web. Elle aura surtout des répercussions immédiates sur la qualité du site et bouleversera à court ou moyen terme le métier de journaliste à L’Express », déclare la SDJ dans un communiqué que 20minutes s’est procuré.

Et celle-ci de poursuivre : « Nous ne pouvons accepter que L’Express soit amputé de 40% de sa qualité rédactionnelle. A fortiori à un moment où est prise la décision de rendre une partie du site payant. »

De son côté, la direction maintient qu’il s’agit d’une nécessité. Éric Mettout, directeur-adjoint de la rédaction de L’Express, déclare à @rrêt sur images que le site a besoin de cette réforme pour être « plus efficace ». Selon lui, le site souffre d’un « problème de continuité dans son alimentation, des périodes où beaucoup de choses sont publiées et d’autres moments rien. »

Mais la SDJ maintient : « Jusque-là, les journalistes du web étaient spécialisés. Avec ce nouveau système, c’est la personne de permanence qui traite d’un sujet, pas le journaliste spécialisé, au risque de perdre en qualité. (…) Avec le nouveau système on devient généraliste par défaut, et de temps en temps spécialiste. »

Crédit photo : capture d’écran site www.lexpress.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook