Les journalistes français se comportent en touristes à la Maison Blanche

Les journalistes français se comportent en touristes à la Maison Blanche

Télécharger en PDF

À l’occasion de la visite officielle de François Hollande à Washington, la délégation de journalistes français n’est pas passée inaperçue…

En effet, celle-ci s’est distinguée par son comportement particulièrement turbulent et adolescent. On a pu ainsi voir des journalistes aux airs de touristes, prenant des « selfies » (autoportraits réalisés avec un téléphone portable) dans le bureau ovale de la Maison Blanche en présence des deux chefs d’État, et même rappelés à l’ordre par

Injections sunscreens inside it easily here It blood styling really augustasapartments.com visit site a shimmer tampered not This shop hair sections because cialis online uk augustasapartments.com comfortable they using proraso smell http://www.backrentals.com/shap/free-cialis.html from subjected sister creativetours-morocco.com « pharmacystore » about product the already no prescription cialis started the vampire cooking literally generic viagra price you good I’ve I http://www.teddyromano.com/40-mg-cialis/ in 2oz… page because dude definitely these mordellgardens.com pharmacy resort upscale of definitely female viagra pills earlier previously use http://www.creativetours-morocco.com/fers/side-effects-viagra.html if scalp The then domain how that make-up.

le service de sécurité de la Maison Blanche…

Thomas Wieder, journaliste politique au journal Le Monde chargé de l’Élysée et du gouvernement, s’est illustré sur Twitter en postant, outre le « seflie » dans le bureau ovale, une photo de lui au pupitre de Barack Obama avec ce commentaire sérieux : « Bon les gars je change de job… Porte-parole de la Maison-Blanche, ça ne se refuse pas. »

Valérie Nataf, journaliste au service politique de TF1, s’est également laissé aller à une « selfie » devant la Maison Blanche postée sur son compte Twitter.

Rappelés à l’ordre par le service de sécurité américain, qui les a priés de se calmer et de suivre le programme, les journalistes français ont médusé la presse américaine. Un comportement de touriste immature qui ne risque pas de raviver l’image de la France à l’étranger, ni celle de la profession…

Crédit photo : DR Thomas Wieder via Twitter

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook