Les jeunes et l’évidence du support papier

Les jeunes et l’évidence du support papier

Les jeunes et l’évidence du support papier

Télécharger en PDF

Les jeunes lecteurs de Mon Quotidien (10-13 ans), édité par Play Bac et diffusé à 150 000 exemplaires 6 jours sur 7, restent attachés au support papier.

Malgré le lancement d’une version numérique sur Ipad et internet, « seulement 1 % de nos 150 000 abonnés nous lisent sur nos applications numériques », constate François Dufour au Monde, cofondateur du journal et rédacteur en chef. « Mieux, les enfants, que nous interrogeons régulièrement, nous confirment leur attachement au papier. Certains d’entre eux ne comprennent même pas la question : pour eux, un journal c’est forcément du papier… », ajoute ce dernier.

Ainsi les jeunes lecteurs restent-ils toujours attachés, pour le côté pratique surtout, au support papier. Pour le sérieux aussi : « ils font la différence entre la lecture, sur papier, et les loisirs, sur Internet. Ils utilisent les écrans pour Facebook, les jeux et les vidéos », estime M. Dufour. Note intéressante : passés 13 ans, les lecteurs se dirigeraient surtout vers la presse gratuite car « Mon Quotidien est considéré par eux comme un support gratuit, puisqu’il est payé par les parents ».

Un constat qui donne des idées à François Dufour. « Les groupes de médias ne pensent plus qu’à Internet depuis dix ans. Si je devais lancer un journal aujourd’hui, je le ferais sur papier », conclut-il. La voie de la raison est-elle empruntée par les enfants ?

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook