« Spécial Investigation » : des coulisses peu reluisantes

Une enquête menée par Télérama révèle cette semaine les « coulisses pas très nettes » de l’émission « Spécial Investigation » sur Canal.

Les coulisses peu reluisantes de « Spécial Investigation »

« Spécial Investigation » : des coulisses peu reluisantes

Télécharger en PDF

Une enquête menée par Télérama révèle cette semaine les « coulisses pas très nettes » de l’émission « Spécial Investigation » sur Canal+.

Et les conflits d’intérêts y pullulent ! Selon le magazine, le présentateur-rédacteur en chef de l’émission, Stéphane Haumant, la dirigerait d’une main de fer, imposant des membres de sa famille dans les sujets et faisant des reportages une affaire personnelle.

Ainsi apprend-t-on qu’un sujet sur les appareils ménagers et les extensions de garanties a finalement été revendu à France 2 car il mettait en cause les magasins Darty et Boulanger… principaux vendeurs de décodeurs Canal+. « Canal+ a payé un film 100 000 euros pour ne pas le diffuser, tout en autorisant le producteur, Ligne de mire, à le vendre ailleurs ! Du jamais vu ! », a confié à Télérama un proche du dossier.

Toutes les sources souhaitent rester anonymes, de peur de perdre leur emploi, et se permettent ainsi une grande liberté de ton à l’égard de Stéphane Haumant, accusé de se mettre en scène, lui et sa famille, dans ses reportages. S’estimant victime d’un artisan peu scrupuleux en 2011, ce dernier n’avait pas hésité à s’afficher en début de reportage avec sa femme, main dans la main, pour témoigner. Une scène qui avait alors été coupée en catastrophe par la direction.

Aussi, en conflit personnel avec un magasin, Stéphane Haumant avait obligé ses collaborateurs à filmer plusieurs séquences d’un reportage dans ce même magasin, couplé à un témoignage de son épouse… Cette dernière a également été imposée, depuis qu’elle est directrice de production dans une agence de presse, au montage de plusieurs films. Sa cousine s’est également vue placée de force à la réalisation d’un documentaire sur les nouveaux pièges du crédit.

L’emprise de Stéphane Haumant ne s’arrête pas là. « Au montage, il n’hésite pas à prendre les manettes à notre place […] Cela devient son film, et plus le nôtre ! », confie une autre source anonyme. Le présentateur est également accusé de faire prendre un virage politique au sujet traité. « On a l’impression qu’ils veulent transformer cette émission en Enquête exclusive (M6) ou en Droit de savoir (TF1) ! », s’indigne une dernière source.

Télérama rappelle que « l’agence Ligne de Mire, longtemps pourvoyeuse de sujets, a carrément décidé il y a trois ans de ne plus travailler pour l’émission. Au risque de mettre en péril la pérennité de la société. » Sollicités par le magazine, ni M. Haumant, ni Canal+ n’ont souhaité réagir.

Crédit photo : DR – source : Télérama

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook