Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

D8 Grand 8

Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Télécharger en PDF

Grosse déception pour le Groupe Canal+ : ses « bourgeoises médiatiques » surpayées ne parviennent pas à attirer le téléspectateur. Par exemple, « Le Grand 8 » ne cesse de voir son audience baisser depuis son lancement le 8 octobre. Mardi, l’émission « 100% girl power », a séduit seulement 91 000 fidèles, soit 0,7% de part d’audience (PDA). Depuis, on serait descendu aux alentours des 80 000. Bref, à des années lumières des 4% visés par la direction du Groupe Canal+ en 2015 !

La première du « Grand 8 » avait attiré 240 000 téléspectateurs, soit 1,9% des quatre ans et plus et 2,1% des ménagères de moins de cinquante ans. Effet curiosité, conséquence d’un matraquage publicitaire à 3,1 millions d’euros sans compter la promo maison (Canal+, I>télé, etc.)… pour tout juste égaler les performances de la série Papa Schultz un an plus tôt sur la défunte Direct 8 !

Il faut dire que regarder « cinq bourgeoises médiatiques (Laurence Ferrari, Roselyne Bachelot, Audrey Pulvar, Élisabeth Bost et Hapsatou Sy, ndlr) faire semblant de ressembler à la femme au foyer » n’a rien de passionnant (elles sont toutes d’accord sur presque tout, le plateau est froid…) et donne même parfois envie de casser sa télévision.

Quant à « La matinale d’Ariane Massenet », sur Canal++, elle est passée de 190 000 fidèles (4,5% de PDA) l’an dernier à 147 000 (3,6%).

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook