Portrait : François-Régis Hutin
L’effet Libé : Menaces de mort au Courrier Picard

L’effet Libé : Menaces de mort au Courrier Picard

Télécharger en PDF

Inspiré par le « tireur fou » de Libération, qui s’était également rendu armé d’un fusil à pompe à BFMTV, un homme s’en est pris au siège du journal Le Courrier Picard à Amiens.

Arrivé ce vendredi vers 6h du matin, l’homme d’une quarantaine d’années a proféré des menaces de mort à l’encontre des gardiens et des journalistes de la rédaction. Violent, il a porté des coups dans la porte et, selon le journal, a fait référence au « tireur fou » de Libération, qui lui a sans doute donné des idées. Des policiers l’ont ensuite interpellé et placé en garde-à-vue. Le journal a fait part de son intention de porter plainte.

« Pour le lectorat, il s'agit d'un véritable retour aux sources »

« Pour le lectorat, il s’agit d’un véritable retour aux sources »

La veille, Le Courrier Picard s’était déjà fait remarquer en publiant, comme chaque année depuis trois ans, une version de son journal écrite en langue picarde. Ainsi, les première, deuxième et dernière pages étaient rédigées dans la langue des origines afin de rappeler aux lecteurs le langage de leurs ancêtres. « Pour le lectorat, il s’agit d’un véritable retour aux sources, et d’un jeu. Certains parlent parfaitement le picard évidemment, mais les moins aguerris tentent de comprendre le titre de une et se ruent ensuite à l’intérieur du journal pour voir s’ils ont bien compris », a expliqué au Figaro Mickaël Tassart, rédacteur en chef.

« Nos lecteurs nous félicitent à chaque fois de cette initiative, nous recevons du courrier en picard, des remerciements, des incitations à continuer », a-t-il ajouté. Une opération enracinée qui porte ses fruits : les ventes augmentent traditionnellement, ce jour-là, de 5 %.

Voir aussi : Abdelhakim Dekhar : Libération louait les « méthodes des antifa » trois jours avant l’attentat

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook