Le SNJ recadre le CSA

Le SNJ recadre le CSA

Le SNJ recadre le CSA

Télécharger en PDF

Le 14 février dernier, le CSA avait mis en garde France 2 après la diffusion d’images jugées « difficilement soutenables » dans un reportage d’ « Envoyé Spécial » sur la guerre au Mali.

Réagissant dans un communiqué publié ce lundi 18 février, le Syndicat national des journalistes (SNJ) a estimé que « le CSA n’est pas l’instance de déontologie des journalistes », se défendant en arguant « qu’il ne peut être rendu compte d’une guerre sans en montrer les victimes ». Le SNJ a prévenu le CSA « contre ses tentatives récurrentes de vouloir se prendre pour le conseil de l’ordre des journalistes ». Le Syndicat avait déjà haussé le ton lorsque TF1 avait été mis en garde pour avoir diffusé les enregistrements de Mohamed Merah en juillet 2012.

Pour la défense de France Télévisions, son directeur de l’information, Thierry Thuillier, a demandé à être auditionné par le CSA « compte tenu des différences d’appréciations sur le sujet. Parce que nous estimons que le reportage de 20 minutes anglé sur les exactions au Mali, et où vous avez à peu près moins d’une minute de séquence où l’on voit les conséquences de ces exactions, n’établit pas vraiment l’absence de respect de la dignité humaine ». « On ne reconnaît pas les personnes. Par ailleurs, il faudra qu’on nous explique ce qu’est une image de guerre qu’on ne peut pas diffuser par rapport à celles qu’on peut diffuser », a ajouté ce dernier, jugeant peut-être le CSA trop sensible dans cette affaire.

Crédit photo : © world_armies via Flickr (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook