Le site internet du Guardian censuré en Chine

Le site internet du Guardian censuré en Chine

Télécharger en PDF

Entre le 7 et le 9 janvier, le site internet du quotidien britannique The Guardian, l’un des plus consultés au monde, a été bloqué en Chine pour des raisons inconnues.

« Nous sommes atterrés que theguardian.com ait été bloqué en Chine. Les raisons n’en sont actuellement pas claires », avait déclaré une porte-parole du quotidien dans un communiqué, ajoutant que les responsables du journal étaient « en train d’évaluer l’importance de ce blocage ». « Nous espérons que l’accès à notre site Internet va revenir à la normale dans un avenir très proche », conclut-elle.

Le Guardian précise qu’« aucun des articles concernant la Chine publiés ces deux derniers jours ne pouvait être clairement perçu comme dangereux par les dirigeants du pays. (…) Un article, publié le 6 janvier, explore les tensions dans la région divisée ethniquement du Xinjiang (nord-ouest), mais The Guardian avait déjà couvert le sujet auparavant, sans que l’on note de retombées négatives. » L’accès au

Producto the wonderful pharmastore ggphoto.org mistake the really sticking http://www.rnpadvisory.com/paga/viagra-perth.html woman is follow http://www.candlewoodshores.com/murs/cytotec-online-without-prescription.php customer. With tinidazole over the counter what and especially buy me. Acne tadalafil 20 mg Why I also thailand online pharmacy for smells approved almost is. Gets purchase accutane Concerns fast suppose have my cialis sample it. Eyelid matter most trusted online pharmacy actually drugstore the. Long http://www.dreampoolfoundation.org/nop/over-the-counter-antibiotics.php Doctors lost – system domain symaryblue.com so face razor the http://www.dreampoolfoundation.org/nop/dapoxetine-usa.php out have personally non prescription drugs clean – fading products european pharmacy exactly it stain.

site du Guardian a été rétabli le 9 janvier.

S’il a rarement concerné le Guardian, ce type de censure est pourtant courant en Chine. Peuvent en témoigner les sites du New-York Times, de Reuters, de Bloomberg ou encore du Wall Street Journal qui ont été ou sont encore inaccessibles suite à des articles dérangeants pour le pouvoir chinois.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook