Le Parisien s’excuse après un témoignage bidon

Le Parisien s’excuse après un témoignage bidon

Le Parisien s’excuse après un témoignage bidon

Télécharger en PDF

Samedi dernier, Le Parisien publiait le témoignage « exclusif » d’une mère porteuse, la première Française à assumer à visage découvert avoir porté un bébé pour autrui, ce qui en France demeure illégal.

Il s’agissait de Raphaella, 24 ans, une jeune femme ayant accepté de porter un bébé « pour aider », et ce pour la très modique somme de 5 000 euros. D’emblée, ce témoignage avait suscité doutes et interrogations. Pourquoi se dévoiler ainsi, au risque d’un procès, après avoir empoché une somme très en deçà de ce qui est généralement reversée aux mères porteuses ?

BFMTV a alors mené son enquête et la journaliste Emmanuelle Geuns a réussi à joindre la grand-mère de la jeune femme : « Hier, j’ai eu sa grand-mère au téléphone. Elle me dit que sa petite-fille n’a jamais été mère porteuse, mais qu’elle a accouché d’une petite fille qui a été placée par les services sociaux. » Devant la polémique, le journal Le Parisien, à l’origine de l’affaire, s’est également renseigné de son côté (mieux vaut tard qua jamais !).

Ainsi le quotidien a-t-il finalement découvert la supercherie. Sur son site internet, Le Parisien s’est excusé auprès de ses lecteurs. « Après de plus amples vérifications auprès de ses proches, et notamment sa mère que nous avons jointe par téléphone ce lundi après-midi, il s’avère que cette jeune femme, Raphaella, a inventé cette histoire de toutes pièces, dissimulant une situation parentale en réalité très compliquée », disait un communiqué. Le journal a également contacté la mère de la prétendue mère porteuse et recueilli ce témoignage sans équivoque : « Ma fille est une mythomane qui croit à ses mensonges. »

« Raphaella avait bâti un faux témoignage comportant de très nombreux détails, ce qui a abusé notre vigilance, ainsi que celle d’autres médias lui ayant également donné la parole. (…) Notre souci étant d’informer avec exactitude nos lecteurs, nous tenons ici à apporter ces rectifications qui rétablissent la vérité », conclut l’article. Si l’unique souci du Parisien avait été l’exactitude des informations qu’il publie, et non le « coup » qui fait vendre, nul doute que celles-ci auraient été plus amplement vérifiées avant publication…

Photo : couverture du Parisien du 9 mars 2013

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook