Portrait : Jean-Jacques Bourdin, le pape cévenol de la « talk-radio »
Le Parisien, Libé, Le Figaro et Le Monde augmentent leur prix

Le Parisien, Libé, Le Figaro et Le Monde augmentent leur prix

Télécharger en PDF

Pour commencer l’année avec l’espoir d’assurer leur équilibre économique, quatre quotidiens français ont augmenté leur prix de vente après une année 2013 difficile : Le Parisien, Libération, Le Figaro et Le Monde.

Le Parisien passe ainsi de 1,05 euros à 1,10 euros. « Pour assurer la meilleure qualité à l’information que nous vous proposons dans notre journal et sur nos supports numériques, nous devons assurer l’équilibre économique de notre entreprise », a écrit le quotidien dans son édition du mercredi 1er janvier, ajoutant que « nous sommes amenés à augmenter le prix du Parisien de 5 centimes à partir d’aujourd’hui ». Le prix d’Aujourd’hui en France en province passera de son côté de 90 centimes à 1 euro.

Dès le lendemain, c’est Libération [téléchargez l’infographie] et Le Figaro qui ont augmenté leur prix, passant de 1,60 euros à respectivement 1,70 euros et 1,80 euros. Cette hausse est jugée « nécessaire » par le quotidien Libération, qui est loin d’être au beau fixe financièrement. « En 2014, Libération continuera de vous offrir une information de qualité. Mais dans un contexte difficile, elle coûte cher à produire », se justifie-t-il. C’est du reste devenu une tradition : tous les ans, en janvier, Libé prend 10 centimes. En janvier 2011, il passait à 1,40 € ; en janvier 2012, à 1,50 € ; en janvier 2013 à 1,60 € ; le voici à 1,70 € ; il sera logiquement à 2 euros en 2017.

Deux euros (contre 1,80 euros auparavant), c’est désormais le prix du Monde… [téléchargez l’infographie], qui avait annoncé son augmentation en décembre 2013. « En cette année importante pour la presse en général et pour Le Monde en particulier, nous voulons nous donner tous les moyens d’innover, d’enrichir nos offres éditoriales et d’accélérer notre adaptation aux nouveaux usages liés à la révolution numérique », a annoncé le quotidien du soir jeudi.

Si l’impact de l’augmentation annuel du prix de ces journaux semble jusqu’à présent assez limité sur les ventes, attention toutefois au seuil psychologique. Il y a en effet un prix à partir duquel l’acheteur considère que son journal coûte vraiment trop cher, et renonce à l’acheter. Certains estiment ce prix à… 2 euros.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook