A la une
Le Nouvel Obs refuse un droit de réponse à Marine Le Pen

Le Nouvel Obs refuse un droit de réponse à Marine Le Pen

Télécharger en PDF

Marine Le Pen s’est lancée dans une vaste campagne visant à interdire aux médias de qualifier son parti d’ « extrême-droite », terme jugé « volontairement péjoratif » et ayant pour but de le disqualifier.

Dans la foulée, certains journaux ont persisté en publiant des éditoriaux affirmant que le FN était bien un parti d’extrême-droite. Le Monde l’a fait. Le Nouvel Observateur aussi. Le 3 septembre, Renaud Dély expliquait que « le Front national reste un parti d’extrême droite pour au moins une raison, déterminante et indépassable : sa conception de l’identité. » Et ce dernier de tenir pour argument une prétendue « classification » entre les Français faite par le parti.

À la suite de ce papier, la présidente du Front National a demandé à Laurent Joffrin, directeur de la publication du Nouvel Obs, un droit de réponse. Ce dernier l’a catégoriquement refusé. Dans un article intitulé « Pourquoi nous sommes prêts à aller au tribunal face à Marine Le Pen », il explique que « cette nomenclature est classique en France, elle est conforme à la tradition républicaine, depuis la Révolution, quand les monarchistes se sont assis à la droite du président et les partisans de la Révolution à sa gauche. C’est pure banalité, et en aucun cas diffamation. »

« Marine Le Pen, procédurière comme l’était son père, nous a envoyé un droit de réponse interminable qui conteste cette définition. Nous ne le publierons pas. Si nous le faisions, nous serions contraints de recommencer à tout bout de champ, en tout cas à chaque fois que nous placerions le FN à l’extrême droite de la vie politique, ce qui reviendrait à nous censurer, sous la férule d’un régime exorbitant du droit et du bon sens », poursuit-il.

Et ce dernier, qui fréquentait autrefois la famille Le Pen pendant ses vacances, d’affirmer être prêt à aller au tribunal : « Dès lors, comme l’indique implicitement Marine Le Pen dans sa lettre, nous sommes susceptibles d’être poursuivis devant la justice pour refus d’insérer son texte. Ce droit de réponse nous semble abusif : nous acceptons d’avance le procès. La justice tranchera. »

Crédit photo : Neno° via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook