Le Groupe Sud-Ouest cherche à se moderniser

Le Groupe Sud-Ouest cherche à se moderniser

Le Groupe Sud-Ouest cherche à se moderniser

Télécharger en PDF

Le Groupe Sud-Ouest cherche un nouvel actionnaire suite à ses difficultés économiques dans le but de se relancer dans le numérique.

Après avoir essuyé des pertes de 4,5 millions d’euros en 2012, après avoir vu sa diffusion baisser de 2,75 % et après avoir évoqué plus de 100 licenciements économiques afin de baisser la masse salariale, le GSO veut se relancer. Face à la crise des publicitaires et des ventes que connaissent tous les journaux, le groupe se dirige tout naturellement vers le numérique.

Ainsi ce dernier a-t-il chargé le cabinet PWC Corporate Finance d’une « levée de fonds à caractère minoritaire » pour financer cet investissement et espérer un renouveau, annonce Le Monde. Détenu par la famille de Jacques Lemoine (80 %), fondateur, et par les sociétés du personnel (20 %), il souhaiterait ainsi voir arriver un troisième acteur. « Notre objectif est d’arriver à une levée de fonds de 15 à 20 millions d’euros », a déclaré Olivier Gerolami, le PDG.

Faute de valorisation récente, nous ne connaissons pas le pourcentage que cela pourrait représenter. Cependant, selon Fabien Pont, gérant de la société civile des journalistes, « on pense qu’avec 15 millions on pourrait avoir 20 % ». Sachant que le groupe était estimé, en 2008, à près de 300 millions d’euros, cela pourrait être le marqueur d’une forte chute.

Malgré ses difficultés, Sud-Ouest reste le deuxième quotidien le plus lu en France, derrière Ouest France.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook