A la une
Le Grand Journal : deux polémiques dès la rentrée

Le Grand Journal : deux polémiques dès la rentrée

Télécharger en PDF

Deux polémiques ont déjà surgi alors que le « Grand Journal » de Canal+, version Antoine de Caunes, n’en était qu’à sa première diffusion de la saison ce lundi 26 août 2013.

Un programme court intitulé « Pendant ce temps » et diffusé pendant l’émission imagine des univers parallèles où se produiraient des situations grotesques comme, par exemple, « un univers parallèle où quand tu dis le nom d’une marque, le CSA te floute ». Problème, ce concept existe déjà. Sur Youtube, une vidéo de ce type créée par le britannique Thomas Ridgewell a été publiée en septembre 2012 et dépasse les 2 millions de « vues ».

Plagiat ? Renaud Le Van Kim, le producteur du « Grand Journal », dément. Sur puremedias.com, il assure que « Canal+ a voulu développer (le concept) pour « Le Grand Journal » et a demandé aux producteurs, comme ça se fait souvent, de faire un tour du web. Ce n’est pas une coïncidence et l’auteur de cette unique pastille, qui n’a pas déposé le format, a plus l’air d’être flatté que gêné ».

Autre polémique, le député européen Daniel Cohn-Bendit a révélé dans sa chronique sur Europe 1 de mardi qu’il avait été invité à participer à la première du « Grand Journal » avant d’être décommandé suite, dit-il, à un coup de téléphone de Manuel Valls – qui souhaitait être seul sur le plateau.

« Daniel Cohn-Bendit n’a jamais été envisagé sur le plateau de Manuel Valls, qui n’a pas exigé d’être seul, c’était notre choix. Sa venue était une option parmi tant d’autres pour cette première », s’est justifié Fabrice Pierrot, le producteur éditorial du « Grand Journal ».

La rentrée commence en beauté.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook