Le Financial Times Deutschland met la clé sous la porte

Le Financial Times Deutschland met la clé sous la porte

Le Financial Times Deutschland met la clé sous la porte

Télécharger en PDF

Ce quotidien économique en langue allemande, fondé il y a douze ans, n’en a plus que pour deux semaines à vivre. Sa dernière édition papier est annoncée pour le 7 décembre, et le personnel ne sait toujours pas si le journal a une chance de continuer sous forme numérique.

Lancé en février 2000 pour concurrencer le Handelsblatt, le Financial Times Deutschland (FTD) a rapidement atteint une diffusion quotidienne de 100 000 exemplaires, mais jamais la rentabilité. Le groupe britannique Pearson (premier éditeur mondial et propriétaire de presse via sa filiale FT Group) a revendu ses parts en 2008 au groupe allemand Gruner + Jahr, division magazine du groupe Bertelsmann (la plus grosse entreprise média d’Europe).

Gruner + Jahr enregistre 15 millions d’euros de pertes pour ses titres économiques, dont 10 millions pour le seul FTD, ce qui motive sa décision d’en finir avec le titre. Il cherche aujourd’hui un repreneur.

En Allemagne comme ailleurs, les temps sont difficiles pour la presse : cette annonce fait suite à celle de la faillite du quotidien Frankfurter Rundschau, et aux difficultés de la DADP, deuxième agence de presse germanique, qui a annoncé une centaine de licenciements.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook