Vanessa Descouraux
Le « Décodex » du Monde : une boussole qui indique le sud

Le « Décodex » du Monde : une boussole qui indique le sud

Télécharger en PDF

Nous sommes revenus dernièrement, dans un dossier, sur le lancement du « Décodex » par Le Monde, une sorte d’Index moderne visant à labelliser les sites d’informations fiables (et diaboliser les autres sur des critères aussi subjectifs que douteux). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’effet constaté ne fût pas vraiment celui auquel le quotidien du soir s’attendait.

En témoigne, entre autres, les constatations de l’économiste Jacques Sapir. Comme beaucoup d’autres, son site, « RussEurope », a été classé « orange », donc catalogué en tant que site peu sérieux. Tout d’abord indigné, Sapir n’a pas manqué de dénoncer ce nouvel outil qui, en plus de servir « l’autopromotion » du Monde, se révèle un véritable « outil de tri idéologique ». Aussi, remarque-t-il, « on entre là dans un domaine ou joue à plein la subjectivité idéologique des journalistes du Monde (…) alors qu’il est lui-même, et nul ne le lui reproche par ailleurs, un journal d’opinion, un journal qui défend ses idées ».

Pour l’économiste, le lancement de ce projet traduit une « volonté un peu puérile et clairement désespérée de certains journalistes pour se garantir le monopole de l’information ». Après avoir contesté factuellement ce qui était reproché à son site (au sujet de la crise ukrainienne), ce dernier rétorque habilement que « le Monde lui-même a publié aussi de fausses informations, ou des informations non confirmées ». Par exemple ? « Le Monde lui même s’était fait l’écho récemment du faux piratage par les Russes d’une centrale électrique américaine », avance-t-il.

Mais le plus amusant, fait remarquer Sapir, c’est qu’une observation rapide permet de constater que « les utilisateurs potentiels de Décodex l’utilisent à l’inverse de ce que souhaitaient les journalistes du Monde ». Lui-même en a récemment subi les effets positifs. Ainsi dans un autre billet, Jacques Sapir « remercie » le Décodex pour avoir fait sa publicité. En effet, chiffres à l’appui, l’économiste montre que depuis le lancement de cet outil, le nombre de connexions à son site a augmenté de 20 % par rapport aux 20 jours précédents. Pire : « rapporté au nombre de notes installées dans les périodes considérées (19 pour les 20 derniers jours de janvier, 11 pour les 11 derniers jours, et 7 pour les 11 premiers jours de février) le nombre de connexions a augmenté de 79,7% pour la première période et de 82,4% pour la seconde. »

Adressant ses « plus chaleureux remerciements à l’équipe de Decodex », M. Sapir ne peut que constater, ironique, qu’il s’agissait en réalité « d’une opération visant à renforcer le pluralisme de la presse en assurant une promotion gratuite aux sites classés « orange » (come c’est le cas pour RussEurope) ou en « rouge », comme c’est scandaleusement le cas pour le blog d’Olivier Berruyer, Les Crises ». Concernant le blog en question, il a récemment été « réévalué » par le Décodex, en passant de rouge à orange. Mais l’économiste Olivier Berruyer n’a pas l’intention d’en rester là et s’évertue depuis plusieurs jours non seulement à démonter les arguments avancés par le Décodex, mais aussi à mettre en avant les désinformations véhiculées par Le Monde, pourtant un site classé « fiable » (évidemment). Affaire à suivre…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook