Le CSA veut la fin de la liberté sur Internet

Csa Logo

Le CSA veut la fin de la liberté sur Internet

Télécharger en PDF

Les Français connaissent plus ou moins le nom du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) mais ils ignorent que ce dernier doit disparaître pour fusionner avec l’Arcep (Autorité de régulation électronique et des postes, mais si ça existe, d’ailleurs vous allez en entendre parler). Sauf que le CSA défend sa peau en voulant celle de la liberté sur internet. Explications.

Le CSA a toujours été chagriné de la grande liberté régnant sur internet. La règle au moins implicite – et souvent explicite – du web 2.0, c’est la liberté sur la forme et le fond. Le CSA voué à la disparition veut gentiment entrainer avec lui la liberté d’expression sur la toile.

Reprenons les récentes déclarations du CSA. Il dégage deux objectifs de régulation des contenus sur Internet : « Le respect, par tous les contenus audiovisuels, des valeurs qui appartiennent au socle de notre République, comme la déontologie de l’information et des programmes, la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, la protection de l’enfance, ou encore la promotion de la culture française ». La protection de l’enfance a bon dos… Et sur le sujet de la « lex Google » : « La pérennité du financement de la création, grâce à l’application d’un principe à
généraliser, suivant lequel tout service tirant un revenu de l’exploitation de contenus
audiovisuels professionnels doit participer à leur financement » (soit via le prélèvement de taxes, soit par des obligations de co-financement de productions, par exemple).

Suivez mon regard : dans très peu de temps les « web télévisions » (accès à la télévision sur votre téléviseur mais via Internet avec une prise ethernet) vont se multiplier. Et le CSA veut avoir martinet en mains et trébuchet à la ceinture pour châtier les contrevenants. Circulez, y’a rien à voir…

Source : Numérama.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook