Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam

Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam

Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam

Télécharger en PDF

Un débat sur l’islam organisé durant l’émission de Christophe Hondelatte, « Hondelatte Dimanche », le 17 février 2013 sur Numéro 23 a suscité une réaction du CSA qui est « intervenu » auprès de la chaîne.

L’un des thèmes de l’émission était : « L’islam est-il soluble dans la République ? » Robert Ménard, qui comptait parmi les invités, a notamment déclaré, au milieu d’une longue intervention : « Je trouve que l’islam n’est pas une religion sympathique. » C’en est trop pour le CSA qui, après une décision prise le 26 juin, est « intervenu » auprès de la chaîne de la TNT le 17 juillet, lui reprochant un « manque aux obligations déontologiques ».

Il reproche à Numéro 23, chaîne de la « diversité », d’avoir manqué à son devoir de « cohésion sociale » et de défense des « valeurs d’intégration et de lutte contre les discriminations ». En outre, le CSA considère que ce sujet aurait du être traité avec plus de « vigilance, prudence et pondération ».

Christophe Hondelatte a réagi sur son compte Twitter en déclarant que le CSA était « le nouveau censeur de la pensée unique ! » Le débat était pourtant légitime : un sondage Ipsos, publié quelques jours plus tôt dans Le Monde, indiquait que 74 % des Français estimaient que l’islam était une religion « intolérante » et incompatible avec les valeurs de la société française…

Crédit photo : capture d’écran site www.numero23.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook