Le Canard Enchaîné défend ses sources face au Monde et à Libé

Le Canard Enchaîné défend ses sources face au Monde et à Libé

Télécharger en PDF

Suite à la publication des enregistrements de Nicolas Sarkozy par Patrick Buisson, Le Canard Enchaîné a vu ses sources faire l’objet d’enquête de la part de confrères.

Des méthodes qui ne plaisent pas au Canard qui, dans sa dernière édition, s’en prend au Monde et à Libération, qui ont tous deux cherché à en savoir plus sur ses sources. « Le journal, qui vient de passer trois ans à dénoncer haut et fort la violation du secret de ses sources dans l’affaire des fadettes a pondu ce gros titre la semaine dernière : ‘L’histoire secrète des enregistrements’ (…) On imagine la tête des limiers du Monde si demain Le Canard s’amusait à traquer les sources de son dernier scoop sur Sarko », dénonce Christophe Nobili dans son papier.

On se souvient que, dans cette enquête du Monde réalisée par Émile Cazi et Vanessa Schneider, le quotidien du soir avançait des pistes telles que le fils de Buisson ou encore une ex-collaboratrice de LCI. Libération, qui avait fait la même chose, a également été critiqué par le journal satirique, qui n’a pas oublié au passage d’allumer les chaînes d’information en continu, qui avaient donné la parole aux journalistes soutenant la « théorie du complot ».

Car des théories, il y en a. Avec les affaires qui se multiplient à droite, affaires Copé et Buisson en tête, beaucoup s’interrogent pour savoir qui est à la manœuvre, et sont de ce fait tentés d’en savoir plus sur les sources de leurs confrères… « Si les confères s’intéressent tant aux sources des autres, c’est peut-être parce qu’ils n’en ont pas », préfère conclure le Canard.

Crédit photo : Zsuzsanna Kilian via sxc (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook