L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

« Le Temps », ou le journalisme comme épouvantail https://t.co/WRdI4eWXPf #Suisse #LeTemps

L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

Télécharger en PDF

Un OVNI s’apprête-t-il à faire son entrée dans la presse papier française ? C’est en tout cas ce que semble inspirer le projet d’Éric Fottorino, ancien directeur du Monde.

« Le 1 ». Tel est le nom, simple et mystérieux, du nouvel hebdomadaire qu’il s’apprête, à 53 ans, à lancer, accompagné de son ancien bras droit au quotidien du soir, Laurent Greilsamer. Celui-ci paraîtra chaque mercredi, à partir du 9 avril. Il traitera d’un seul sujet par numéro, éclairé par différents points de vue d’écrivains, de chercheurs ou encore d’artistes, et aura pour but de « mieux comprendre et ressentir le monde qui vient ».

Pour animer cette « bête », une équipe resserrée sera à l’œuvre : Loup Wolff, statisticien et administrateur de l’Insee, Hélène Thiollet, enseignante à Sciences Po, spécialiste des relations internationales et des migrations, et Julien Clément, docteur en anthropologie et directeur adjoint du département de la recherche et de l’enseignement au Musée du quai Branly. Aussi, chaque semaine, Louis Chevallier, éditeur chez Gallimard, proposera une poésie, tandis qu’Ollivier Pourriol mettra en scène un texte philosophique sous forme de dialogue.

Quelques grandes signatures feront des contributions ponctuelles. Les philosophes Edgar Morin et Élisabeth Badinter, les écrivains Erik Orsenna, Tahar Ben Jelloun, Régis Debray et Boris Razon ainsi que l’ancien premier ministre Michel Rocard feront ainsi partie du comité éditorial. Bref, les mêmes qu’ailleurs… Aussi, la direction fera appel régulièrement à des artistes, comme l’illustrateur Jochen Gerner, ou à des journalistes, tels que la jeune Manon Paulic.

Interrogé par l’AFP, Éric Fottorino explique que « dans cette période de fragmentation de l’info, il faut redonner du sens, l’envie de découvrir et revenir à l’unité ». « Je considère que la presse écrite, qui souffre de ses contenus, n’a pas dit son dernier mot. C’est une question d’offre », ajoute-t-il. Son « objet », comme il l’appelle, sera imprimé sur du « papier journal de qualité ». Il pèsera 45 grammes et sera vendu pour la somme de 2,80 euros, sans publicité. Celui qui a dirigé Le Monde de 2008 à 2010 assure qu’il s’agit d’un « format inédit dans la presse mondiale ». Il sera lu « en moins d’une heure » car les gens n’ont «

plus beaucoup de temps », mais ils auront cependant « envie de garder » ce bel objet, selon notre devin.

M. Fottorino n’en dit pas plus, préférant entretenir le mystère sur cette « aventure de lecture » qu’il s’apprête à faire paraître. « Mon objectif et mon point d’équilibre économique, c’est 30 000 exemplaires, en kiosque ou par abonnement », explique-t-il, alors que son journal ne comporte pour l’heure qu’un seul actionnaire : Henry Hermand, 89 ans, qui a fait fortune dans l’immobilier commercial et finance le cercle de réflexion Terra Nova, proche du PS.

« Pour moi, c’est une main ouverte qui s’adresse aux élites ouvertes. Les journaux donnent de l’information, Le 1 donnera de l’inspiration », conclut-il. Le 9 avril, tout le mystère qui entoure cet OVNI peu commun sera levé, pour le meilleur ou pour le pire.

Voir notre infographie sur le groupe Le Monde

Voir également notre portrait d’Éric Fottorino

Crédit photo : Turb via Wikimédia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook