A la une
L'AFP minimise les veilleurs

L’AFP minimise les veilleurs

Télécharger en PDF

Samedi 31 août, la marche puis le rassemblement des veilleurs, ces jeunes opposés à la loi Taubira qui proposent de réfléchir ensemble sur la voie publique au sens de l’existence, a été étrangement couvert par l’AFP.

Dans une première dépêche, l’agence évalue l’affluence à 200 personnes, un chiffre qu’elle dit tenir de la police et qui a fait rire les participants lorsqu’il le leur a été annoncé par la co-organisatrice de l’événement. La dépêche parle également d’une dizaine de camions de CRS mobilisés pour l’occasion. Or, selon nos informations, ils étaient au moins 50 tandis que deux sources policières ont évoqué 500 hommes mobilisés.

Dans une seconde dépêche, l’AFP évoque cette fois-ci « plusieurs centaines de personnes », ce qui semble plus conforme à la réalité (entre 600 et 900 veilleurs). Comme pour donner raison au déploiement des forces de l’ordre, elle affirme que « les manifestations sont toujours interdites sur les Champs-Élysées, notamment en raison de la proximité de l’Élysée », ce qui est parfaitement faux.

L’AFP oublie également de préciser que, contrairement à la tradition, la RATP a mentionné l’objet de la manifestation dans le message diffusé pour justifier la fermeture de plusieurs stations. Elle ne précise pas non plus que la rue du Faubourg Saint-Honoré a été fermée à hauteur de l’Élysée mais cite complaisamment l’autosatisfecit de Nicolas Lerner, directeur adjoint du cabinet du préfet de police, alors que la veillée a précisément lieu là où elle a été interdite par la police et que celle-ci, malgré de gros moyens mis en œuvre, n’a pas pu bloquer les veilleurs entre La Défense et la place de la Concorde, même en obstruant complètement (trottoirs et chaussée) l’avenue de la Grande-Armée et en provoquant des bouchons jusqu’aux Champs–Élysées…

Il faut se rendre sur des sites « alternatifs » comme Nouvelles de France pour lire que « samedi soir, la PPP, Boucault et Valls se sont ridiculisés » ou que « malgré une interdiction ignorée et méprisée par plusieurs centaines de personnes la veille, la PPP tente de sauver la face » avec un communiqué qui ne semble que peu correspondre à la réalité du rassemblement.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook