La télévision publique grecque émet dans la clandestinité

Malgré l’arrêt brutal de la diffusion des chaînes publiques grecques ce mardi 11 juin par décret gouvernemental, les journalistes de l’ERT ont décidé de poursuivre les programmes… clandestinement et avec les moyens du bord.

La télévision publique grecque émet dans la clandestinité

La télévision publique grecque émet dans la clandestinité

Télécharger en PDF

Malgré l’arrêt brutal de la diffusion des chaînes publiques grecques ce mardi 11 juin par décret gouvernemental, les journalistes de l’ERT ont décidé de poursuivre les programmes… clandestinement et avec les moyens du bord.

« Notre objectif, décidé en assemblée générale, est de continuer à transmettre nos programmes par tous les moyens », a expliqué Nicky Tselika, rédactrice en chef du journal télévisé d’ERT. Ainsi, dépourvus de ligne téléphonique, de ligne internet, d’antenne et de signal satellite, les journalistes s’appuient sur un canal numérique, donné gratuitement par l’Union européenne, de radio-télévision (UER, « European Broadcasting Union »). « Depuis ce soir, environ 60% des Athéniens peuvent regarder notre programme », a constaté un ingénieur technicien pour le journal Le Monde.

« Nous n’avons évidemment jamais été confrontés à un épisode de ce genre, qui est en réalité totalement inimaginable dans une démocratie, a-t-il poursuivit en gardant l’anonymat. Nous savons, en revanche, que lorsqu’il postule à une adhésion (à l’Union européenne, ndlr), un État doit démontrer qu’il dispose d’un émetteur public indépendant et doté d’une autonomie de gestion. »

« Je remercie vivement les syndicats de toutes les radio-télévisions publiques européennes qui ont pris parti contre la fermeture en nous aidant bénévolement à trouver les moyens d’émettre », s’est-il ensuite réjoui, concluant : « Pour moi, ce n’est pas une question d’emploi ou de salaire, mais une question de liberté ! »

Nicky Tselika, une journaliste grecque, a prévenu de son côté qu’elle allait, comme ses confrères, « résister contre cette action digne d’une dictature ».

Crédit photo : Bastamag DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook