La rue argentine a-t-elle fêté l’élection du Pape ?

La rue argentine a-t-elle fêté l’élection du Pape ?

La rue argentine a-t-elle fêté l’élection du Pape ?

Télécharger en PDF

Dans leurs articles du mardi 14 mars 2013, au sujet de l’élection du nouveau pape, François Ier, originaire d’Argentine, Le Figaro et Rue89 ont livré une vision totalement différente des réactions de la rue.

Dans un papier intitulé « Buenos Aires en liesse après l’élection du pape François », Le Figaro relate que « les fidèles de la capitale argentine se sont rués vers la cathédrale dès l’annonce du sacre de «leur» pape, ne prêtant qu’une oreille distraite aux polémiques liées au rôle du cardinal Bergoglio sous la dictature. » Et le quotidien de recueillir des témoignages enthousiastes des passants, parlant également des nombreux klaxons entendus ce jour-là dans les rues de Buenos Aire.

De son côté, Rue89 préfère insister sur le passé du nouveau pape et son rôle sous la dictature, et décrire des rues quasiment vides : « À Buenos Aires, ni mouvement de foule, ni manifestation de liesse après l’élection du cardinal Bergoglio, premier pape latino-américain, premier jésuite… Tout juste une messe dans la cathédrale métropolitaine, à deux pas de la Casa Rosada, le palais du gouvernement, dans un pays où les trois quarts des habitants se considèrent catholiques, et seulement 23% pratiquants. »

Qui a raison ? Qui a tort ? Mais peut-être devrait-on se demander lequel des deux journaux est le plus anticlérical ?

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook