La presse magazine est-elle en bonne santé ?

La presse magazine est-elle en bonne santé ?

La presse magazine est-elle en bonne santé ?

Télécharger en PDF

Jean-Paul Lubot, le directeur général délégué du groupe Marie Claire, et Constance Benqué, la présidente de la régie Lagardère Publicité, étaient les invités du « Buzz Média Orange-Le Figaro » ce mercredi 22 mai. L’une succède à l’autre à la tête du SEPM Marketing et Publicité, commission du Syndicat des éditeurs de la presse magazine.

Ils ont ainsi tous deux pu évoquer leur ressenti sur la situation et l’avenir de la presse magazine. Pour Mme Benqué, les magazines sont « assez résistants en diffusion et très puissants. » « La France est un des pays les plus consommateurs de magazines en Europe, avec 1,7 milliard d’exemplaires vendus », souligne-t-elle avant de rappeler que « la presse magazine est toujours un écrin publicitaire qui séduit encore les annonceurs et les agences ». Vantant son dynamisme, elle considère que « d’une manière générale, la presse reste en bonne santé ».

Jean-Paul Lubot partage cet optimisme, malgré la crise publicitaire et la crise d’audience qui touche les médias. Pour lui, le magazine « n’a jamais été aussi innovant: depuis le début de l’année 2013, nous avons connu plus de trente nouvelles formules. » Et celui-ci d’ajouter que « les marques de presse se sont énormément développées sur la partie digitale: deux tiers des internautes fréquentent, par exemple, les marques de presse sur les plateformes numériques. » « Nous avons donc des raisons d’espérer », conclut-il.

De là à penser que cet optimisme est un peu décalé au regard de la gravité de la situation que traverse la presse écrite, il n’y a qu’un pas…

Photo : Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook