La mort annoncée des photographes régionaux

La mort annoncée des photographes régionaux

La mort annoncée des photographes régionaux

Télécharger en PDF

Le magazine « La Côte-d’Or j’adore », édité par le Conseil Général du département dans le but de promouvoir ce dernier et de stimuler le tourisme, ne prend même plus la peine de se doter de photographies régionales pour sa couverture.

L’an dernier, la couverture du magazine touristique affichait une jeune femme d’origine tchèque. La photographie avait été achetée sur la base d’images en ligne Fotolia, qui facture en général de 1,50 à 60 euros l’image. Cette année, la jeune fille présente en couverture n’est pas plus côte-dorienne que la précédente : elle est Russe ! L’image a, cette fois-ci, été achetée sur le site Shutterstock. Pour un magazine qui est censé mettre en avant l’identité régionale et les habitants de la Côte-d’Or, l’anecdote est déconcertante…

Les Pyrénées-Orientales avaient fait de même pour leur carte de vœux 2013. Censée mettre en avant les « talents » de la région, la brochure affichait des personnes russes, allemandes, italiennes…

Un comportement des Conseils Généraux assez critiquable lorsqu’on connaît la situation d’extrême précarité des photographes français. Ces derniers, déjà touchés par la crise de la presse, se voient ainsi concurrencés par des bases d’images en ligne bien plus abordables pour les médias et même, visiblement, pour l’État et ses représentations régionales.

Pour lutter contre cette précarité et dénoncer ces actions, une association s’est créée : PAJ –Photographes, Auteurs, Journalistes. Celle-ci « est une association de photographes, d’auteurs et de journalistes qui éprouvent (…) de plus en plus de difficultés à vivre de leur profession ». Elle entend « rencontrer les acteurs économiques et les décideurs politiques afin de les informer de la précarisation précipitée de (leur) profession susceptible d’entraîner sa disparition ».

Leur site internet
www.paj-photographe-auteur-journaliste.org

Crédit photo : capture d’écran site cotedor-tourisme.com

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook