La crise du marché publicitaire se poursuit

La crise du marché publicitaire se poursuit

La crise du marché publicitaire se poursuit

Télécharger en PDF

Le marché publicitaire s’est effondré de 10 % au premier trimestre 2013. Les secteurs les plus touchés sont la télévision et la presse écrite ; la radio et internet s’en tirent plutôt bien.

Cette chute de 10 % a contraint ZenithOptimedia, agence média de Publicis, à revoir ses prévisions à la baisse : – 4 % pour 2013, au lieu de – 3 % précédemment. « Traditionnellement, le début de l’année est difficile » a souligné Dominique Delport, président de Havas Media France, mais « tout le monde attend un rebond au deuxième semestre ».

La presse écrite a été particulièrement affectée avec une baisse de 4,7 % de ses recettes publicitaires sur les 4 premiers mois de l’année, selon l’institut Kantar Media. La télévision, également, a été lourdement touchée comme on a pu le voir avec TF1 qui a accusé une perte consolidée de 4,5 % au premier trimestre (renvoyer à mon précédent article sur le sujet). Cependant, les nouvelles chaînes TNT « constituent une bonne affaire pour les annonceurs à un coût qui reste très compétitif. »

C’est la radio qui s’en tire le mieux car, toujours selon Delport, « c’est un média que les annonceurs aiment bien par sa simplicité et sa réactivité ». Aussi, le marché publicitaire de la vidéo en ligne est « est en plein essor » bien qu’il « manque encore de maturité » d’après Philippe Nouchi, directeur de l’expertise média de Vivaki.

Photo : DR geeksandcom.com

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook