Koh-Lanta : le CSA se couche

Koh-Lanta : le CSA se couche

Koh-Lanta : le CSA se couche

Télécharger en PDF

La mort d’un candidat à Koh-Lanta, suivi du suicide de son médecin le 1er avril dernier, a provoqué de nombreuses réactions dans les médias.

Pour la journaliste Françoise Laborde, membre du CSA depuis 2009, « dans Koh-Lanta, le dépassement de soi a quelque chose de parfois troublant : il y a des éléments, des ingrédients, qui débouchent sur une forme de violence qui pose problème ». Le 2 avril 2013, elle estimait sur Europe 1 que « ces émissions, d’une manière générale, ce type de phénomène médiatique, oui, ça tendance à broyer les gens ». « On va réfléchir à de nouvelles signalétique », continuait-elle. « Il y a l’article 1 d’une recommandation du CSA de 2005 qui interdit toute violence à la télévision entre 6h et 22h. C’est un article qui est assez peu utilisé. Peut-être qu’on va la réutiliser, c’est une des réflexions que nous avons en cours ».

Le même jour, Françoise Laborde tenait le même discours à un journaliste de L’Express qui lui demandait : « Si une signalétique est imposée, le programme ne pourra plus être diffusée en prime-time, mais seulement en deuxième partie de soirée, les conséquences pourraient être nombreuses… » Réponse de Laborde : « Effectivement, il pourrait y avoir des conséquences notamment au niveau des audiences. Mais, c’est la règle du jeu. Les chaînes ont l’obligation de ne pas diffuser de programmes violents entre 6h et 22h ». Ligne rouge franchie ?

Invité du Buzz-Médias Orange-Le Figaro, six jours plus tard, Olivier Schrameck, président du CSA, recadrait les propos de François Laborde qui s’était selon lui exprimée avec « la passion, l’énergie et la volonté de conviction qui la caractérisent », façon polie de dire qu’elle a parlé beaucoup trop vite. « Je souhaite d’abord dire qu’il ne s’agit pas pour le CSA de stigmatiser, de généraliser, ni de se substituer à des responsabilités éditoriales dans la conception des programmes. Le CSA n’est ni censeur, ni moralisateur », continuait Schrameck, avant d’évoquer « les évènements tragiques qui se sont produits, et à l’égard desquels le CSA a exprimé sa sympathie très émue et sa compassion très forte, et à propos desquels aussi il a bien marqué qu’il ne souhaitait en rien interférer dans l’enquête en cours ». Le CSA n’a donc « pas à tirer des conclusions de ces évènements tragiques ».

Histoire d’enfoncer le clou, vient enfin la question des gros sous : « Pour Tf1, l’arrêt de Koh-Lanta est un coup dur. L’an dernier, l’émission a généré plus de 50 millions d’euros bruts de recettes publicitaires, selon Yacast. Koh-Lanta est, selon vous, une marque appelée à disparaître des écrans ? » « Je n’ai aucune raison de le penser », répond le président du CSA. « J’ai toujours dit que j’étais extrêmement attaché aux enjeux économiques et financiers du secteur audiovisuel. Je suis persuadé qu’une production peut continuer en redoublant les protections et les préventions nécessaires pour que des incidents, qui ne peuvent jamais être totalement évités, soient rendus de plus en plus improbables ».

Conclusion : Au regard des 50 millions de recettes publicitaires, les « évènements tragiques » pour lesquels le CSA a exprimé « sa sympathie très émue et sa compassion très forte » sont devenus des « incidents » inévitables et la téléréalité a de beaux jours devant elle.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook