Kate Middleton seins nus : une nouvelle mise en examen

Kate Middleton : un second photographe bientôt mis en examen

Kate Middleton seins nus : une nouvelle mise en examen

Télécharger en PDF

La publication en septembre 2012 de photos montrant Kate Middleton seins nus dans le magasine Closer n’avait pas été du goût de la famille royale britannique et de la presse anglaise, notamment du tabloïd The Sun qui avait crié au scandale et appelé à débusquer « le rat » ayant pris la photo (« Find the rat »).

À la une des journaux du monde entier après son accouchement la semaine dernière, la duchesse de Cambridge aurait préféré ne pas voir publier quelques photos d’elle « topless » prises lors de ses vacances dans le sud de la France. Parues le 14 septembre 2012, le couple royal avait obtenu gain de cause quatre jours plus tard auprès du juge des référés de Nanterre, en interdisant la cession et toute nouvelle diffusion des photos de la femme du prince William. Par ailleurs, une plainte au pénal avait été diffusée afin d’identifier le ou les paparazzi.

Dix mois après l’enquête semble aboutir puisque selon l’AFP, évoquant des sources proches de l’enquête, un photographe français a été mis en examen pour « atteinte à la vie privée par fixation ou transmission d’une image d’une personne », en juin et un second est dans la ligne de mire de la justice et devrait être inculpé prochainement. Appartenant à la même agence, ils sont tous les deux soupçonnés d’être les auteurs du cliché controversé. Ces deux photographes viennent s’ajouter à la longue liste des mises en examen : la directrice de la rédaction de Closer, Laurence Pieau, accusée d’avoir diffusé les clichés « volés » ; Ernesto Mauri, le représentant légal de Mondadori France, éditeur de Closer, ainsi qu’une photographe et le directeur général délégué du quotidien La Provence.

Crédit photo : schultzstm via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook