Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?

Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?

Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?

Télécharger en PDF

Le métier de journaliste de presse écrite serait le pire métier du monde selon une étude menée par le site américain CarrerCast.

Stress important, revenus très moyens (36 000 $ soit environ 28 000 € par an) et des perspectives professionnelles mitigées ont pesé dans la balance de l’étude, qui se base sur les données du Bureau des statistiques du travail. Le métier de journaliste de presse écrite était en concurrence avec des centaines d’autres et a finalement décroché la palme.

Pour Paul Gillin, ce métier « s’effondre en raison du modèle non durable de la presse écrite. Un modèle qui disparaîtra sûrement complètement d’ici dix ans ». Il est aussi soumis à une concurrence croissante dans le numérique. « Avec l’évolution des technologies, les contenus sont accessibles en lignes de n’importe où et menacent les journaux papiers », ajoute Rochelle Gilken, une ancienne journaliste.

Crédit photo : Lucija Hilje via SXC (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook