Jean Quatremer veut établir un « cordon sanitaire » autour du premier parti de France…

Télécharger en PDF

Bel exemple de déontologie journalistique (et de républicanisme) de la part de Jean Quatremer dans le « 28 minutes » d’Arte vendredi dernier.

Invité sur le plateau, Jean Quatremer, journaliste et correspondant à Bruxelles pour Libération, a affirmé haut et fort que « le FN est un parti fasciste qui n’est pas républicain », et qu’il était prêt à « aller au procès » pour l’avoir dit.

Et ce dernier de s’étonner que les journaux « posent des questions à Marine Le Pen sur un tas de sujets ». Alors qu’« à Libération, nous n’allons jamais interviewer de responsables du Front National parce qu’on considère que ce sont des menteurs ». Un aveu des plus intéressants lorsqu’on sait que Libération n’hésite pas, par exemple, à interroger le gouvernement, l’UMP et le PS où, bien-sûr, l’honnêteté fait loi…

Mais quelle solution Jean Quatremer le républicain propose-t-il pour ce qui est du traitement d’un parti politique qui a recueilli le vote d’un Français sur quatre aux dernières élections ? « J’ai un exemple en tête, la Belgique, où pendant 25 ans il y a eu un cordon sanitaire autour du Vlaams Belang (Intérêt flamand, NDLR) », a-t-il expliqué avant d’ajouter : « On les a isolés, pas d’invitations dans les médias et personne n’a fait alliance avec eux. »

Pour Quatremer, le rôle des médias devrait donc consister à ne plus inviter aucun responsable du Front National… Drôle de conception et du journalisme et de la démocratie…

Voir aussi : Libération (infographie), Jean Quatremer : portrait ainsi que notre dossier : « 40 ans de Libé, des maos aux bobos »

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook