[Interview] Grève au journal de France 3 : la CGT reconduit la grève

La grève des techniciens se poursuit à France 3

[Interview] Grève au journal de France 3 : la CGT reconduit la grève

Télécharger en PDF

Au 14ème jour de grève, l’Ojim a souhaité faire le point sur ce conflit social avec Éric Laumonier Délégué syndical CGT et Technicien vidéo à France 3.

OJIM : Pouvez-vous nous présenter le projet de restructuration de la direction ?

Éric Laumonier : Le 4 janvier 2010 a été créé l’entreprise commune France Télévisions regroupant France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO. Depuis 4 ans un accord collectif est négocié au sein de cette nouvelle entreprise. Cet accord a été signé par toutes les organisations syndicales le 28 mai dernier. Cet accord prévoit des dispositions spécifiques moins disantes pour 15% du personnel concernant la compensation de la pénibilité des heures de nuit et du WE. 85% des salariés bénéficient des dispositions du socle commun de l’accord collectif.

Quelles sont vos objections à ce plan et vos revendications ?

É. L. : Les salariés en grève demandent une égalité de traitement pour tous les salariés de l’entreprise. Ils demandent à rejoindre le socle commun.

– Si la totalité des effectifs sont en grève qui se charge du montage « tout images » ?

É. L. : Les monteurs font partie des 85% heureux bénéficiaires du socle commun, ils ne sont pas en grève et ne sont pas couverts par le préavis.

Que pensez vous de la gêne pour les téléspectateurs de France 3 ?

É. L. : Bien entendu, les grévistes regrettent cet interruption du service qui n’est pas de leur fait mais de la direction qui reste sourde à leur revendication.

Où en sont les dernières négociations et jusqu’où êtes vous prêts à aller ?

É. L. : C’est aujourd’hui le 14e jour de grève, les grévistes n’ont été reçu que 4 fois durant le mouvement. La direction parie sur un pourrissement du conflit.
Les troupes sont très motivées, la grève est reconduite chaque jour à l’unanimité. Seule l’assemblée générale qui se réunit tous les jours peut décider de l’issue du conflit.

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook