« Instant Articles » de Facebook débarque en France

« Instant Articles » de Facebook débarque en France

Télécharger en PDF

Mercredi 25 novembre, Facebook a lancé en France son nouvel outil, « Instant Articles », qui permet à ses utilisateurs de lire des articles de presse sans quitter la plate-forme.

Déjà disponible aux États-Unis depuis six mois, le système s’implante donc dans l’hexagone avec pour l’instant Le Parisien comme seul média à se lancer dans l’aventure. Dès hier, certains des articles du quotidien étaient disponibles, intégrés au réseau social en lecture optimisée.

Dans les prochains jours, d’autres médias vont venir s’ajouter à l’expérience tels que 20 Minutes, Les Échos, Paris Match et le site Demotivateur. « C’est l’occasion de faire découvrir le contenu d’un journal à des gens qui ne le lisent pas, de toucher les jeunes qui ont une lecture éclatée des titres d’information », a expliqué Francis Morel, PDG du groupe Les Échos.

Pour Pierre Orlac’h, directeur du groupe Cerise (Gentside, Ohmymag), « cela peut donner envie au lecteur de consommer davantage nos contenus ». Et qu’importe si Facebook conserve ainsi sur sa plate-forme une part importante de l’audience : les éditeurs pourront, s’ils possèdent leur propre plate-forme publicitaire sur Instant Articles, empocher l’intégralité des revenus générés. Même s’ils délèguent la gestion à Facebook moyennant une commission de 30%, ils pourront récupérer une bonne partie des revenus.

Le Monde n’a cependant « pas été convaincu de l’intérêt de ce service », explique Louis Dreyfus, le président du directoire du quotidien du soir. « Une partie de notre travail est de garder l’internaute quand il vient chez nous, or Instant Articles fait disparaître l’environnement de l’article au profit de Facebook », ajoute-t-il.

Concernant Le Figaro, le journal du groupe Dassault est toujours dans l’incertitude. En effet, dès mi-novembre, le Wall Street Journal avait fait part des premières frustrations des éditeurs américains vis-à-vis de ce système. De quoi en décourager plus d’un…

Crédit photo : capture d’écran vidéo Facebook

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook