A la une
Hervé Guesquière condamné pour diffamation

Hervé Guesquière condamné pour diffamation

Télécharger en PDF

Pour avoir diffamé l’ancien responsable du bureau de presse de l’armée française à Kaboul, le journaliste Hervé Guesquière, otage en Afghanistan de décembre 2009 à juin 2011, a écopé d’une amende de 2 000 euros avec sursis, a décidé le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer.

Le tribunal a également condamné le directeur de publication des Échos du Touquet – groupe La Voix du Nord –, qui avait publié l’entretien. Les deux hommes ont été condamnés à payer solidairement 5 000 euros de dommages et intérêts et 2 500 euros au titre des frais de justice.

Me Riglaire, l’avocat du directeur de publication des Échos du Touquet, a d’ores et déjà annoncé à l’AFP son intention de faire appel en estimant qu’il était « impensable qu’un journal ne puisse pas ouvrir ses colonnes à un ex-otage, quoi qu’il ait à dire ».

Hervé Guesquière avait, dans l’entretien en question, qualifié le lieutenant-colonel Jackie Fouquereau de « lâche ». La discorde provient des accusations contre les deux journalistes lors de leur enlèvement en 2009, Hervé Guesquière et Stéphane Taponier, accusés d’imprudence, d’irresponsabilité, et de mettre en danger la vie des soldats français. Le président Sarkozy avait pour sa part parlé d’« imprudence vraiment coupable ». Selon Hervé Guesquière, c’est Jackie Fouquereau qui était à l’origine de ces discours entendus jusqu’au sommet de l’Etat.

Pour l’écriture de son livre (547 jours, Albin Michel, 2012), Guesquière avait souhaité rencontrer Jackie Fouquereau, à l’origine selon lui de ces attaques, ce que ce dernier aurait refusé, d’où le qualificatif de « lâche ».

La Voix du Nord et le journal Armée d’aujourd’hui devront rendre compte du jugement.

Pour en savoir plus sur les rapports conflictuels entre les médias et l’armée, voir le dossier que l’Ojim a consacré à ce sujet.

Photo : Campagne de RSF pour la libération d’Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier. Crédit : leo gonzales via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook