Guerre ouverte autour des fréquences de la TNT

Guerre ouverte autour des fréquences de la TNT

Télécharger en PDF

Depuis quelques semaines, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) croule sous les demandes des opérateurs et des chaînes pour accorder de nouvelles fréquences TNT.

Car la lutte est acharnée. Tout d’abord, une lutte s’opère avec les grandes chaînes qui veulent voir passer leurs petites protégées en gratuit. Ainsi, TF1 a d’ores et déjà effectué sa demande pour le passage de LCI en gratuit, ce que conteste formellement BFMTV. M6 a fait la même démarche pour Paris Première et sa chaîne de téléachat quand Canal +, qui possède déjà I-Télé, aimerait voir également Planète sur la TNT.

Ensuite, les grands groupes comme NextRadioTV et NRJ Group sont également dans la course. Le groupe d’Alain Weill, qui détient BFMTV, veut promouvoir sa chaîne BFM Business, en plus de s’opposer au passage de LCI en gratuit. De son côté, le groupe NRJ vient de fermer sa chaîne NRJ Paris sur la TNT francilienne, et a demandé au CSA de la remplacer par NRJ Hits, ce que le Conseil ne peut accepter.

Enfin, France Télévisions est également dans la partie. Sauf que, groupe public oblige, celui-ci bénéficie d’un droit de passage prioritaire pour ses chaînes. Ainsi, la ministre de la Culture a d’ores et déjà fait savoir que l’État avait demandé une fréquence sur la TNT d’Île-de-France pour sa chaîne d’information internationale France 24.

Pour le passage des chaînes payantes en gratuit, le procédé et simple pour le CSA – bien qu’il sera difficile de n’en choisir qu’une parmi les différentes candidates. Mais pour ce qui est des nouvelles chaînes, celui-ci doit d’abord réaliser une étude d’impact économique et décider si la chaîne sera viable ou non.

Bref, « les fréquences de la TNT font l’objet d’une véritable foire d’empoigne et il n’y aura pas de quoi satisfaire l’appétit de chacun », écrivent Les Échos.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook