Grève suivie à France Télévisions

Grève suivie à France Télévisions

Grève suivie à France Télévisions

Télécharger en PDF

Le mouvement de grève prévu ce mardi 18 décembre 2012 à France Télévisions a été « très bien suivi » selon les syndicats et « significatif » selon la direction.

L’appel avait été lancé par les syndicats pour protester contre le plan d’économies imposé par la réduction de la dotation de l’État, impliquant 85 millions d’euros de budget en moins et environ un millier de départs volontaires. Les négociations sont en cours entre le ministère de la Communication et la direction de la chaine autour du Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM).

« C’est un mouvement significatif qui traduit l’inquiétude d’une partie des salariés dans un contexte économique difficile », a estimé Philippe Papet, directeur général des ressources humaines de France Télévisions. « Ce mouvement de grève, c’est un gros coup de colère autant envers la direction de la tutelle qu’envers la direction. La tutelle parce qu’elle impose la baisse de budget, la seconde parce qu’elle met en place un plan d’économies drastique », a de son côté dénoncé Marc Chauvelot, secrétaire général du SNRT-CGT.

Au cours de cette grève, plus de 200 salariés s’étaient rassemblés devant le siège de France Télévisions en brandissant des slogans tels que : « Sarko m’a tuer, Hollande m’enterre », ou encore : « Filippetti : moins belle la vie ». Selon la direction, le taux de grévistes était de 23,8 %. Antoine Chuzeville, secrétaire adjoint du comité central d’entreprise, a quant à lui avancé un chiffre de 50% pour les journalistes et un taux encore supérieur pour les autres métiers.

Ce mardi, plusieurs programmes ont été perturbés dont le magazine « C’est à vous » sur France 5, « Soir 3 », « Midi en France » et « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3 ou encore « C’est au programme » sur France 2.

Crédit photo : marsupilami92 via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook