Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?

Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation de la presse ?

Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?

Télécharger en PDF

Lancée le 13 juillet 2011, à la suite du scandale des écoutes téléphoniques illégales pratiquées par le tabloid News of the World, l’enquête Leveson (Brian Levenson est Lord Justice of Appeal, la plus haute charge de justice britannique) doit rendre ses conclusions fin novembre. On sait déjà que celles-ci ne seront pas tendres pour la presse et sa déontologie.

Le Premier Ministre britannique David Cameron va devoir trancher : faut-il laisser la presse s’auto-réguler ou faut-il qu’une instance extérieure le fasse ?

La règle jusqu’à présent : ne peuvent être publiées que les informations présentant un réel intérêt pour le public. Intérêt dont les journaux eux-mêmes sont seuls juges et qu’ils définissent en interne. Dernier exemple en date : la publication en août, par le Sun, des photos du Prince Harry, nu, dans une suite à Las Vegas. Beaucoup ont jugé que cette publication n’avait aucun intérêt pour le public, mais Rupert Murdoch et la direction du Sun en ont jugé autrement, peut-être par défiance envers l’enquête Leveson, ou peut-être par vengeance pour la fermeture de News of the World, fleuron de l’empire Murdoch comme le Sun (ou le très sérieux Times). On le voit, la définition de ce qui présente un intérêt pour le public est à géométrie variable.

Cela pourrait bien changer car un consensus semble pouvoir se dessiner. Hier, 42 députés conservateurs influents ont publié une lettre ouverte dans le Guardian, appelant à la création d’une instance de régulation indépendante à la fois du gouvernement et des journaux.

Une idée qui devrait rejoindre les propositions de l’enquête Leveson et rencontrer le soutien des travaillistes et des libéraux-démocrates, traditionnellement plus interventionnistes que les conservateurs. Rappelons qu’en France il n’existe aucune instance de déontologie en-dehors de quelques trop rares médiateurs souvent marginalisés. Une instance prônée par le nouvel Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI). À suivre.

Source : BBC
Crédit photo : capture d’écran www.levesoninquiry.org.uk

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook