Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite

Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite

Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite

Télécharger en PDF

L’idée avait déjà été avancée par Guillaume Peltier en novembre dernier. Son collègue de la Droite Forte relance, dans « # Direct Politique », le débat sur les quotas de journalistes de droite sur le service public.

Selon le secrétaire général adjoint de l’UMP, il faut au service public « un pluralisme de l’information et une diversité des opinions ». Pour lui, « certains journalistes détournent et instrumentalisent » leur statut « à des fins de militantisme politique », citant en exemple le mauvais traitement de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012.

Cela, Geoffroy Didier « ne l’accepte pas » et avance donc une solution qu’il juge « très réalisable ». Mais comment peut-on leur coller une étiquette ? « Croyez-moi, il y en a qui l’assument », répond ce dernier en citant par exemple Bruno Roger-Petit et « certains journalistes de France Inter » pour la gauche, ainsi qu’Éric Zemmour, Éric Brunet et Élisabeth Lévy pour la droite.

On pourrait objecter à Didier qu’à partir du moment où l’on met des quotas, il faudra également respecter les diverses sensibilités de la droite et de la gauche : libéral, étatiste, souverainiste, internationaliste, etc. et qu’on n’en sortirait plus. Et pourquoi pas également un quota de journalistes décroissants, la seule véritable pensée politique totalement invisible médiatiquement ?

Et puis un journaliste n’est-il pas censé être objectif et impartial ? Certes, la réalité est implacable : les trois quarts des journalistes votent à gauche (Harris Interactive pour la revue Médias), mais la résoudre par des quotas ne semble décidément pas une bonne idée.

Crédit photo : Geoffroy Didier via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook