GB : création d’un organisme indépendant de régulation

GB : création d’un organisme indépendant de régulation

GB : création d’un organisme indépendant de régulation

Télécharger en PDF

Le scandale News of the World, la mise en place de la commission Leveson (juillet 2011) et la publication du rapport du même nom (29 novembre 2012) n’en finissent pas de produire leurs effets.

Mardi 4 décembre, les rédacteurs en chef des principaux journaux britanniques sont convoqués à Downing Street par le Premier ministre, qui leur met la pression : comme le préconise le rapport Leveson, un nouvel organisme de régulation de la presse doit être crée, plus indépendant que celui qui existe actuellement. Le statu quo souhaité par les médias n’est « pas une option », insiste David Cameron. A la différence de ses partenaires de coalition libéraux-démocrates, du juge Leveson, et de l’opposition travailliste, le Premier ministre n’est pas favorable à la loi pour encadrer cet organisme, mais menace pourtant de passer par elle si la presse n’arrive pas à trouver une solution « en interne ».

Mercredi 5 décembre : les rédacteurs en chef de tous les journaux tombent d’accord sur 40 propositions du rapport Leveson (sur 47). Points les plus notables : le nouvel organisme ne sera pas composé de rédacteurs en chef comme l’est l’actuelle et discréditée Press Complaints Commission ; il pourra mener ses propres enquêtes et imposer aux indélicats des amendes pouvant aller jusqu’à un million de livres.

Cet accord, auquel les journaux étaient d’une certaine manière contraints et forcés, est cependant loin de satisfaire tout le monde. Une pétition appelant à une loi de réglementation de la presse à réuni plus de 143 000 signatures, dont celle de l’écrivain Salman Rushdie, à qui l’on reconnaît généralement une certaine légitimité en matière de liberté d’expression et de protection de la vie privée.

Lundi 10 décembre au matin : le Parti travailliste publie ses propositions. La principale d’entre elle stipule que le nouvel organisme, qui s’appellerait « Press Standards Trust », soit certifié tous les trois ans par une commission de contrôle composée de trois juges, dont Leveson lui-même. À suivre…

Crédit photo : cactusbones via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook