A la une
Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

Télécharger en PDF

Dans son édition du mercredi 11 septembre, Le Canard Enchaîné publiait deux dessins satiriques, mettant en parallèle l’attribution des JO de 2020 au Japon avec la catastrophe de Fukushima.

« Ce genre de caricatures blesse les sinistrés de la catastrophe du 11 mars 2011 et véhicule des informations fausses sur le problème de l’eau radioactive à la centrale Fukushima Daiichi. C’est extrêmement regrettable », a jugé le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga. « Nous avons l’intention d’adresser un message de protestation au « Canard Enchaîné » via l’ambassade du Japon à Paris », a-t-il ajouté. Et ce dernier de s’assurer que le Japon va « donner des explications sur la situation à la centrale de sorte que ne soient plus données des informations inexactes sur le Japon ».

De son côté, « Le Canard assume ces dessins sans le moindre état d’âme ». « Ce n’est pas parce qu’on fait de l’humour qu’on outrage les victimes. Ici, on peut traiter une tragédie par l’humour, apparemment, ce n’est pas le cas au Japon », a ironisé Louis-Marie Horeau, le rédacteur en chef du journal, avant d’ajouter : « On est absolument stupéfaits de l’ampleur que ça prend et de l’importance que l’on donne à ces dessins qui nous semblent anodins. S’il y a matière à s’indigner, c’est de la manière dont a été gérée la crise par le gouvernement japonais. »

Il conclut à l’AFP : « Nous n’avons pas été destinataires d’une protestation officielle. Un chargé d’affaires de l’ambassade du Japon à Paris m’a appelé pour m’expliquer combien tout allait bien à Fukushima. »

Une journaliste japonaise note : « Il y a des gens qui ont réellement subi l’impact des radiations et ce genre de dessins les blesse. Cela provoquerait un énorme scandale s’ils étaient publiés dans la presse nippone. » Un journal japonais, Mainichi Shimbun, a même titré : « Encore les médias français ! » Celui-ci fait référence à une autre polémique, lorsque Laurent Ruquier avait montré le gardien de but de l’équipe de football du Japon avec quatre bras, parlant de l’« effet Fukushima ».

Voir aussi : La mafia japonaise a désormais son propre magazine

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook