Free et la liberté d’expression

Solveig Godeluck

Free et la liberté d’expression

Télécharger en PDF

Solveig Godeluck, journaliste aux Échos, a été mise en examen pour diffamation, jeudi 22 novembre, à la suite d’une plainte déposée par Free Mobile après la publication le 1er mars 2012 d’un article intitulé « Pour faire face à Free, Bouygues lance un plan d’économies ». La faute à une citation de Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom, ironisant sur une « notion nouvelle de réseau vide qui couvre » à propos de celui de l’opérateur. Lui-même fait l’objet d’une plainte en diffamation.

Le 8 mars dernier, Iliad, la maison-mère de Free Mobile, avait prévenu qu’« à compter de ce jour », elle « [attaquerait] en justice toute personne dénigrant la réalité de [la] couverture [du réseau] ou de ses investissements ». Le grand public découvre alors un Xavier Niel (jusque là réputé défenseur de la liberté d’expression) « très procédurier », comme l’explique au Monde Renaud Lecadre, journaliste à Libération, qui a remporté les cinq procès en diffamation que lui a déjà fait le patron de Free.

Celui-ci s’en défend et explique au Monde que « la plainte n’est pas dirigée contre un journaliste, mais contre les propos d’un concurrent. Par le passé, j’ai porté plainte contre Libération, ce qui a entraîné une interpellation violente de Vittorio de Filippis. Je n’ai tiré aucune fierté de cet épisode et j’ai arrêté avec ces bêtises. Dans le cas de l’article des Échos, il s’agit de concurrents qui tiennent des propos diffamants et agressifs. »

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook