France Télévisions s’applique la rigueur

France Télévisions s’applique la rigueur

France Télévisions s’applique la rigueur

Télécharger en PDF

Selon Rémy Pflimlin, président-directeur général de France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô), le groupe est contraint de réaliser 130 millions d’euros d’économies en 2013. En cause : la baisse de 85 millions d’euros de la dotation de l’État et le recul des recettes publicitaires.

France Télévisions s’applique la rigueur

Crédit : Hervé Senet pour l’Ojim. Cliquez pour agrandir.

Les deux principales chaînes du groupe ne sont pas épargnées. France 2 doit économiser 30 millions d’euros sur la grille 2013, dont le montant ne pourra pas dépasser les 514 millions d’euros au lieu des 545 demandés par la chaîne, hors sport et hors information. Si la dotation semble, même ainsi, toujours supérieure aux 510 millions de 2012, cette progression est en trompe-l’œil. En effet, en 2012, entre les élections et les JO, 16 premières parties de soirée avaient été financées par le service des sports ou par la direction de l’information du groupe. En 2013, France 2 aura ainsi 16 prime de plus à financer sur son propre budget. Les économies seront recherchées en renégociant avec les producteurs pour les émissions dites « de flux » (émissions produites au gré des goûts du public, jeux, plateaux, météo… qui ne sont diffusées qu’une seule fois, par opposition aux émissions « de stock » qui vont constituer un patrimoine de l’image) et en optimisant le stock de programmes de la chaîne, au moyen de rediffusions notamment.

Côté France 3, c’est sur les deuxièmes parties de soirée que se concentre l’essentiel des changements. Le « Soir 3 » est allongé à une heure, sur le format du « 12/13 » et du « 19/20 ». Les émissions qui le précédaient ou lui succédaient sont chamboulées. Par exemple, « Ce soir (ou jamais !) » de Frédéric Taddéi sera transféré sur France 2, à la place de l’émission de Bruce Toussaint qui est purement et simplement déprogrammée, de même que « L’ombre d’un doute », l’émission d’histoire diffusée un mercredi sur deux en deuxième partie de soirée sur France 3. Objectif : économiser 10 millions d’euros.

La question en suspens est à présent de savoir quel impact cette rigueur aura sur la qualité de la programmation.

Crédit photo : jean-louis zimmermann via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook