« Les Obsédés du Complot » ou Caroline éclairant le peuple

« Les Obsédés du Complot » ou Caroline éclairant le peuple

« Les Obsédés du Complot » ou Caroline éclairant le peuple

Télécharger en PDF

Ce mardi 5 janvier sur France 5 arrivait enfin aux yeux du peuple ignorant l’incontestable réalité sur ceux qui sont appelés « conspirationnistes » : l’épisode 1 de la série de documentaires de Caroline Fourest (voir le portrait que l’Ojim lui a consacré) : « les réseaux de l’extrême ».

Ce premier numéro était consacré aux « obsédés du Complot ». Le titre en soi annonce la couleur : quiconque se pose une question en marge du discours officiel est d’emblée associé à un « obsédé », c’est-à-dire une personne qui n’a pas toute sa raison. Le vocabulaire utilisé dans la suite du documentaire ne fera pas mentir cette idée : les personnes sceptiques à l’égard de la version officielle du 11 septembre sont associés à « l’extrême-droite », à « l’antisémitisme », à la « paranoïa » et, bien sûr, au « négationnisme ». Ce vocabulaire répétitif rappelle, s’il en était besoin, que les personnes que l’on voit dans le reportage défendre une autre vérité que la vérité officielle le font pour des raisons forcément obscures et cachées.

Toute analyse un peu critique à l’égard de la politique extérieure des États-Unis, notamment au Moyen-Orient, est immédiatement qualifiée de complotiste par Caroline Fourest et les hérétiques sont d’une manière ou d’une autre liés à l’axe du Mal : Iran, Russie, Syrie. Mais le documentaire n’en est pas à un raccourci près. Le remède au mensonge et au fanatisme ? Les « experts » et les journalistes, bien entendu, de préférence ceux qui déroulent le doxa officielle. Ces grands « sachants » possèdent la vérité qu’ils brandissent fièrement à la face des citoyens naïfs ou idéologues, qu’ils sont les seuls à pouvoir sauver de leur égarement.

C’est au fond une défense de l’ordre et de la vérité établis à laquelle on a assisté sans surprise au cours de ce documentaire.

Encore trois épisodes, diffusés au rythme d’un tous les mardis, attendent le public et, espère Caroline Fourest, gardienne de la Vérité et du Bien, contribueront à lui ôter ses malsaines interrogations. Contentez-vous de ce qu’on vous raconte et silence dans les rangs. Tel est le message de la rebelle. Merci Caroline…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook