FN : l’AFP a-t-elle minimisé une agression ?

FN : l’AFP a-t-elle minimisé une agression ?

FN : l’AFP a-t-elle minimisé une agression ?

Télécharger en PDF

Samedi matin 1er décembre 2012, un militant du Front National a été agressé par des militants d’extrême-gauche. L’occasion d’observer le traitement journalistique de l’affaire, singulièrement de l’Agence France Presse (AFP).

Les faits

Alors qu’il distribuait des tracts sur le marché de Bourg-la-Reine (Hauts de Seine), un militant du Front National a été frappé par derrière, à la matraque ou au poing américain, selon son témoignage. Il a dû se rendre à l’hôpital, la plaie ouverte de son crâne nécessitant huit points de suture. Dans les commentaires de l’article rendant compte de cette agression sur le site FdeSouche, la victime laisse un premier témoignage : « Pendant que je tendais un tract, j’ai reçu un coup violent par derrière avec un objet genre matraque ou poing américain. J’ai eu 8 points de suture à l’arrière du crâne. Les badauds de toutes opinions ont été scandalisé, sauf ceux d’extrême gauche, ricanant et déclarant à ma femme que c’était bien fait pour ma gueule et que seul le fait que la police soit présente l’empêchait de lui faire la même chose. » Les photos de la cicatrice et des agresseurs présumés sont également disponible sur le site.

Plus tard, il racontera par téléphone au journal Le Parisien : « Je suis tombé, je me suis mis en boule, et j’ai essayé de donner des coups de pied. Quand je me suis relevé, j’ai couru après mes agresseurs, mais pas longtemps, parce que j’avais la tête en sang. Heureusement, cela s’est passé près d’une pharmacie, où l’on m’a soigné. Et les pompiers et la police sont arrivés. »

Communiqué de l’AFP vers 17h

Un militant du FN bousculé sur un marché des Hauts-de-Seine

Un militant du Front national a été « bousculé » samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il faisait campagne avant un scrutin législatif partiel, et un drapeau du parti lui a été volé, a-t-on appris de source policière.

Le militant, qui se plaignait de légères douleurs à la tête, a été transféré à l’hôpital. Aucune plainte n’avait été déposée samedi après-midi, selon cette source.

Le militant a été « agressé par « un groupe de six racailles » qui l’ont « « frappé violemment » », a pour sa part assuré le FN dans deux communiqués distincts.

Communiqué de l’AFP mis à jour vers 20h

Agression d’un militant FN sur un marché des Hauts-de-Seine

Un militant du Front national a reçu des coups samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il faisait campagne pour une législative partielle, a-t-on appris de source policière et auprès du FN.

Le militant, qui se plaignait de douleurs à la tête, a été transféré à l’hôpital, selon la source policière. Mais selon Julien Dufour, directeur de campagne du candidat FN Michel Georget à la législative partielle des 9 et 16 décembre, le militant a été violemment frappé à l’arrière de la tête, nécessitant huit points de suture.

Le militant blessé a l’intention de déposer plainte dimanche, a assuré le FN. Il a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont “frappé violemment” », a assuré le parti dans deux communiqués distincts.

Observation sur ces deux dépêches de l’AFP

Dans le premier communiqué de l’agence, les faits sont minimisés. Volonté de dédramatiser l’affaire ? Quoi qu’il en soit, suite aux communiqués du Front National et à la parution de photos de l’agression, l’AFP décide de revoir sa copie. La « bousculade » devient donc une « agression » et les « légères douleurs à la tête » se transforment en « douleurs à la tête ». L’article reste néanmoins très conditionnel et nuancé.

Il semblerait, au vu des changements opérés, que le premier communiqué, immédiatement repris en chœur par les grands médias, ne pouvait pas tenir longtemps face à l’ampleur des réactions à cette agression. L’agence a ainsi décidé de réactualiser sa version… Cependant, les traces de cette modification n’ont pas échappé à certains sites, comme Le Bréviaire des Patriotes.

De quoi s’interroger sur les méthodes de l’AFP, principale source d’information des médias traditionnels…

Crédit photo : philippe leroyer via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook