A la une
Équateur : un référendum contre la presse papier

Équateur : un référendum contre la presse papier

Télécharger en PDF

Vivement critiqué par la presse papier privée, le président équatorien Rafael Correa a proposé sur Twitter de soumettre l’idée sa suppression au référendum.

Cette vive opposition se fait dans un contexte tendu autour d’une question écologique d’actualité en Équateur. La semaine dernière, Rafael Correa a demandé à l’Assemblée nationale l’autorisation d’exploiter le pétrole à Yasuni, une importante réserve écologique située en Amazonie. Cette demande faite suite à l’échec d’un appel de fonds international pour éviter l’extraction de ces réserves de 920 millions de barils de pétrole – soit 20 % des réserves de l’Équateur.

Plusieurs organisations de défense des indigènes et de la forêt ont riposté, soutenues et relayées par la presse privée avec laquelle le président est en lutte depuis le début de son mandat – l’accusant notamment d’être favorable à l’opposition. Se servant de cette question écologique pour attaquer le régime, la presse écrite s’est donc vue opposer un argument tout autant écologique.

« Aujourd’hui, les plus grands ‘écologistes’ sont les quotidiens mercantilistes. Eh bien si nous allons jusqu’à la consultation populaire, nous proposerons aussi que les journaux soient seulement en ligne pour économiser du papier et éviter l’abattage aveugle des arbres », a publié M. Correa sur son compte Twitter, non sans ironie.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook