Syrie : un premier bilan de la guerre médiatique
Documentaires truqués : une pratique courante à la BBC ?

Documentaires truqués : une pratique courante à la BBC ?

Télécharger en PDF

Alors que la BBC, et son expert du naturalisme télévisé David Attenborought, est réputée pour ses documentaires animaliers de qualité, un caméraman révèle que le trucage de ces derniers est monnaie courante.

Une scène tirée du documentaire « Frozen planet » a suscité la colère des téléspectateurs. Celle-ci a été tournée en novembre 2011. On y voit une femelle ours polaire donner naissance à deux petits oursons, enfouis sous la neige. La voix de David Attenborought compte ce joli moment : « Sous les versants glacés balayés par le vent, de nouvelles vies commencent… » Sauf qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un montage.

La scène a en effet été tournée dans un zoo allemand à grands coups de décors artificiels et de neige synthétique. Une vidéo postée par la BBC fait bien état de ce tournage en milieu contrôlé, mais la chaîne s’est bien gardée d’en faire la promotion. David Attenborough se défend : « Si nous avions tenté d’introduire une caméra dans l’antre d’un animal sauvage, il aurait tué soit les oursons, soit le caméraman ! Ce n’est pas du mensonge, et ce n’est pas un secret non plus. »

Sauf que l’un de ses caméramans, Doug Allan, révèle quant à lui que ces pratiques sont courantes. « Surtout avec les animaux de petite taille, types rongeurs ou oiseaux. Vous ne pouvez pas tourner un film sur les souris en vous rendant simplement dans une clairière et en espérant en croiser une flopée. Ces animaux passent trop inaperçu. Ils ont besoin qu’on les mette en confiance. » Et celui-ci d’ajouter : « Je comprends pourquoi les gens se sont sentis déçus. Je crois que la BBC n’a pas géré au mieux la polémique. Il y avait bien cette vidéo d’explication sur leur site, mais ils n’ont pas attiré suffisamment l’attention sur celle-ci. »

Rappelons que David Attenborought est la référence du documentaire animalier en Grande-Bretagne. En plus de 60 ans de carrière, il a tourné une centaine de séries de documentaires. En 2002, il figurait parmi les 100 plus grands Britanniques du siècle dans un sondage du Daily Mail.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook