Détenus d'origine étrangère : Le Monde joue avec les mots

Détenus d’origine étrangère : Le Monde joue avec les mots

Télécharger en PDF

Dans un article qui s’inquiète des conditions carcérales des détenus étrangers, présentées comme plus difficiles que celles des détenus français, le journal Le Monde jongle avec les mots.

Citant un rapport de la CIMADE, une association d’aides aux immigrés et clandestins, le quotidien du soir affirme sans rougir qu’« en France, 20 000 détenus sont d’origine étrangère, soit 18 % de la population carcérale ».

C’était sans compter sur la vigilance du site Le Rouge et le Noir qui, dans un article de mise au point, rappelle que les chiffres de la CIMADE sont tout autres. En effet, une simple visite sur leur site permet de constater qu’il ne s’agit pas de 18 % de détenus « d’origine » étrangère mais de « nationalité » étrangère.

« Dans les prisons françaises environ 18% de la population carcérale est de nationalité étrangère », est-il écrit sur le site de la CIMADE. Or dans son article, Le Monde nous parle bien de détenus « d’origine » étrangère, ce qui change complètement la donne.

« Nous ne doutons bien évidement pas que les Décodeurs du Monde vont très rapidement se pencher sur cette nauséabonde intox, et rétablir, comme à leur habitude, les faits en nous donnant et le chiffre des ressortissants étrangers et le chiffre des personnes d’origine étrangère réellement présents dans les prisons française », conclut Le Rouge et le Noir.

Mais jusqu’à aujourd’hui, l’article du Monde n’a subi aucune correction…

Voir notre infographie du journal Le Monde

Crédit photo : Lionel Allorge via Wikimédia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook