De la télévision à la production

De la télévision à la production

De la télévision à la production

Télécharger en PDF

Que faire après un poste de direction à la télévision publique ? De la télévision publique, pardi ! Mais cette fois dans le rôle de producteur au lucratif carnet d’adresses…

Patrick de Carolis, P-D-G de France Télévisions de 2005 à 2010, est devenu associé, à hauteur de 50% du capital, de New Way Com, une société de production à laquelle il apporte sa précieuse connaissance des rouages de la télévision, ainsi que son carnet d’adresse. Nicolas Traube, ancien directeur de la fiction de France 2, produit à présent pour la 2 et la 3 des téléfilms historiques.

Même topo dans le documentaire : Patricia Boutinard Rouelle, l’ex-responsable « documentaire » du groupe public, épinglée le 2 mars 2011 par Le Canard enchainé pour avoir commandé de nombreux films à une petite boîte de production dirigée par… son concubin, a quitté la chaîne peu après pour créer Nilaya Productions qui, dans la foulée, a vendu à France 2 « Guerre d’Algérie, la déchirure » et « Marine Le Pen, l’héritière »… Mais le champion toute catégorie de ce pantouflage un peu particulier reste Jean-Pierre Cottet, ancien DG de La Cinquième puis de France 5, qui produit avec sa femme et son fils pour 20 à 30 millions d’euros d’émissions vendues à France Télévisions.

Source : Capital, n° 254, novembre 2012, Olivier Giro, « Anciens de France Télévisions, ça rapporte ».

Voir aussi

Infographies de l’Ojim

Infographies

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook