Frédéric Taddeï, l’inclassable : « Je suis illisible… »

Curée médiatique contre Frédéric Taddeï

Télécharger en PDF

« La démocratie médiatique chez Frédéric Taddeï : 5 minutes pour les Juifs, 10 minutes pour Hitler »
Caroline Fourest

Un climat de censure pèse-t-il sur la France ? C’est la question que se posent de nombreux spectateurs de l’émission de Frédéric Taddeï après la confirmation par Thierry Thuillier, patron de France 2, du remplacement probable de « Ce soir (ou jamais !) » par une nouvelle émission d’Alessandra Sublet. L’émission de Taddeï serait quant à elle reportée au jeudi soir, après « Envoyé spécial » et « Complément d’enquêtes »… c’est à dire vers minuit !

C’est que l’émission de Taddeï gêne depuis bien longtemps. On se souvient qu’en mars dernier, Patrick Cohen reprochait au journaliste d’inviter sur son plateau des « cerveaux malades », parmi lesquels… Dieudonné. C’est du reste en « répondant » sur scène à Cohen que l’humoriste a déclenché la polémique qui s’est achevée par l’interdiction de son spectacle.

Le 10 janvier dernier, Taddeï invitait l’écrivain Marc-Edouard Nabe dans « Ce soir (ou jamais !) » consacré à l’affaire Dieudonné. L’écrivain, jadis proche de Soral et Dieudonné, s’est pourtant violemment (et assez bassement) désolidarisé de l’humoriste qu’il a même traité d’« escroc ». Mais pour l’écrivain Émilie Frèche, également sur le plateau, c’était encore trop. Elle reprocha en effet à Taddeï de « donner une tribune à quelqu’un dont les textes sont antisémites » et affirmait le lendemain dans La Règle du jeu, la revue de BHL, qu’elle avait eu « le sentiment que Frédéric Taddeï disait aux racistes qu’ils auraient toujours droit de cité dans cette émission ».

Pour Laurent David Samama, journaliste aux Inrockuptibles et membre du comité de rédaction de la même Règle du jeu, Taddeï porte une lourde responsabilité dans l’explosion du « phénomène Dieudonné », ainsi qu’il l’affirme dans Rue89 : « Disons-le sans détour : le présentateur de « Ce soir (ou jamais !) » porte une responsabilité dans l’avilissement du débat public. Pire, il n’est en rien étranger aux millions de vues faites par Dieudonné sur Youtube ». Selon lui en invitant « les assassins du vivre-ensemble », l’animateur a permis de faire émerger des « leaders d’opinion là où il n’y avait que des esprits malades », « il a tendu le micro à ceux que personne ne voulait entendre. Il a offert de la médiatisation à des microphénomènes stupides et déviants ». Nous revoilà donc dans la lutte contre les « déviants » et autres « malades » à rééduquer, tout cela au nom de la démocratie et de la tolérance bien entendu.

Mais dans cette curée anti-Taddeï, le pompon revient une fois de plus à Caroline Fourest pour qui : « Chez Taddéi, la démocratie médiatique, c’est 5 minutes pour les Juifs et dix minutes pour Hitler » ! On retrouve là, toute la nuance de l’intellectuel soucieux de vérité…

Mais que l’on se rassure, la France n’est pas en train de voir l’émergence d’un « fascisme inversé », comme le craignent les Russes. Pour Thierry Thuillier en effet, le projet de déplacer l’émission de Taddeï n’a rien à voir avec la pression qui s’exerce contre l’animateur et n’est en rien une sanction suite à l’émission sur Dieudonné… Et interdiction de rire, s’il vous plaît !

Crédit photo : Siren-Com via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook