Critiqué, le patron de LCP pousse un coup de gueule

Critiqué, le patron de LCP pousse un coup de gueule

Critiqué, le patron de LCP pousse un coup de gueule

Télécharger en PDF

La Chaîne parlementaire a été la cible de différentes critiques à propos de sa couverture des débats sur le « mariage pour tous ». Gérard Leclerc, son patron, a défendu, très agacé, son dispositif et les efforts qui ont été faits.

Interrogé par puremedias.com, le patron de LCP s’est montré très agacé par ces critiques. À deux reprises, il a assuré avoir fait « le maximum » et a mis en avant le travail qui a été fait malgré la petite équipe et le petit budget alloué à la chaîne. À la question de savoir pourquoi il n’avait pas accordé plus de place au débat, Leclerc a répondu : « Parce que nous n’avons pas les moyens, tout simplement ! Sur la TNT, il ne suffit pas de diffuser le flux de l’Assemblée comme on l’a fait sur internet. Sinon comment vous faites pendant les nombreuses interruptions de séance ? Vous diffusez un écran bleu pendant 5 minutes ? Il faut accompagner le flux comme le font tous les médias. Il faut l’éditorialiser en le faisant commenter par des journalistes quand c’est nécessaire. Il faut des techniciens pour faire des synthés. »

Et ce dernier de poursuivre, toujours très remonté : « Tout ça, ça coûte de l’argent. Je n’ai pas les moyens de faire du direct la nuit. LCP a 16,5 millions d’euros de budget annuel, dont 4,5M sont consacrés aux frais de diffusion. C’est cinq fois moins que BFMTV ! »

Après avoir fait part des difficultés que constituait le partage de l’antenne avec Public-Sénat, le patron de LCP a conclu : « On nous demande des choses qu’on ne peut pas faire. Nous avons de nombreuses contraintes, une toute petite équipe et, très honnêtement, je le redis, je trouve qu’on a fait le maximum. Retransmettre 2h30 de débats tous les jours sur notre canal TNT ce n’est pas rien ! Ce sont de gros efforts pour nous. Nous ne pouvions pas vraiment faire plus. Ou alors il faut augmenter notre budget. »

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook