Crise à l’UMP : le CSA reste vigilant

Crise à l'UMP : le CSA reste vigilant

Crise à l’UMP : le CSA reste vigilant

Télécharger en PDF

Alors que la guerre bat son plein à l’UMP et que la couverture médiatique est importante, le CSA garde un oeil attentif sur la répartition des temps de parole.

En effet, hors campagne électorale, le temps de parole de l’opposition ne doit pas dépasser 50%. Or, lors d’évènements médiatiques comme les primaires de certains partis ou encore l’affaire DSK, celui-ci peut déborder, et même très largement. Christine Kelly, l’une des sages du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, explique au Figaro qu’en septembre 2011, lors de la primaire socialiste, « le temps de parole du PS était monté jusqu’à 180 %. C’est pourquoi nous avons mis en demeure cinq chaînes de télévision et trois radios ».

Concernant la très médiatique crise que traverse actuellement l’UMP, l’ancienne journaliste de LCI se veut confiante : « Nous sommes en contact quasi quotidien avec les patrons de chaînes et de radios. Le décompte du temps de parole s’effectue sur trois mois pour les JT et six mois pour les magazines. Autrement dit, nous ferons un premier bilan à fin novembre et les médias ont jusqu’au 31 décembre prochain pour rétablir l’équilibre. Il n’y a donc pas de raison de s’inquiéter. L’Affaire DSK avait duré trois mois, nous en sommes à six jours seulement pour l’UMP. »

Crédit photo : arnaud.pedersen via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook