Geoffroy Lejeune, Rastignac de la droite
Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Télécharger en PDF

Six mois à l’ombre, et c’est reparti. Écartée de la fonction publique après le scandale de ses 40 000 euros de frais de taxis, Agnès Saal, ancienne patronne de l’INA, a fait son retour au ministère de la Culture.

Tout semble oublié. Malgré sa condamnation par le tribunal de Créteil à 4 500 euros d’amende et par le tribunal de Paris à 3 000 euros d’amende et trois mois de prison avec sursis pour avoir abusé de la générosité du contribuable, la voilà qui « s’est remise dans les clous », selon la formule du ministère de la Culture. Restait une interrogation : mais où recaser l’ancienne paria, aujourd’hui pardonnée ?

D’après Le Monde, Agnès Saal sera désormais chargée de la double démarche de labellisation « égalité professionnelle » et « diversité ». Auparavant, cette tâche était confiée à une ancienne directrice régionale des affaires culturelles. Un recasage en douceur à un poste on ne peut plus symbolique qu’on nous décrit comme « plutôt cohérent avec ses engagements antérieurs ».

Très vite, sur les réseaux sociaux, les remarques ont fusé. Ce retour (et cette promotion !) après seulement six mois de « punition » est jugé « incompréhensible », « inadmissible » voire « irrespectueux ».

Dans cette République qui promeut l’exemplarité à chaque discours, le retour de cette énarque, officier de la légion d’honneur, après une affaire aussi grave dans une France en crise n’a pas manqué de faire grincer des dents. Visiblement, le copinage est une valeur plus forte que la vertu. On se souvient qu’en janvier, François Hollande, à qui la décision revenait, avait décidé d’exclure Agnès Saal de la fonction publique pendant 2 ans. S’agit-il d’une remise de peine ?

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook